• Ntite Mukendi Aubert Kizito

  • Enterrons les Zombies par Aubert Mukendi

    14 mars 2021 | Presse
  • Le 15 avril 2016 par Samuel Malonga

     

    Aubert Mukendi compte plusieurs livres à son actif. Mais “Enterrons les zombies”, publié au début de son exil parisien a troublé pendant longtemps le sommeil de ceux qu’il appelle les « binza-boys ». L’auteur lui-même a connu des soucis lorsque le livre est censuré à Paris. Sur plainte de Mobutu, Bomboko et Nendaka, il est déféré devant la 14ème chambre correctionnelle de Paris, celle des écrivains. Il risquait l’expulsion vers le Congo où l’attendait un “transfert urgent et discret” vers le paradis de nos ancêtres, selon ses propres termes. Aubert Mukendi Kizito fut condamné à un franc de dommages et intérêts dans le procès du Président de la République, mais relaxé dans les deux autres. L’extrait ci-dessous fait suite à une fable que sa mère lui avait contée en juin 1948. De cette histoire animale qu’il a partagée à la prison de Ndolo avec un codétenu  prénommé Jacques, ressort des similitudes frappantes avec les agissements de certains membres du groupe de Binza assoiffés du pouvoir et accrochés à ses honneurs et privilèges. La conversation nourrie entre Aubert et Jacques est en rapport avec la situation du pays. Car l’auteur l’affirme lui-même : « Enterrons les Zombies » ne se veut pas comme une œuvre littéraire, dont d’ailleurs il est éloigné et par la forme et par le style, ni comme un exposé pédant d’une quelconque théorie parachevée… « Enterrons les Zombies » est essentiellement et se veut essentiellement comme un essai d’analyse politique qui tend à montrer d’une part ce qui ne va pas, le faire sentir plutôt que le démontrer, et d’autre part montrer l’identité fondamentale existant entre toutes les tendances non inféodées au groupe de Binza et qui devront donc s’harmoniser pour faire éclore le règne de l’Harmonie. C’est en fait un document de travail et comme tel une base possible de discussion et d’entente entre toutes les tendances nationalistes malgré leurs nuances.»

    La suite de l’article :

    https://www.mbokamosika.com/2016/04/enterrons-les-zombies-par-hubert-mukendi.html